#219/500 Créer un centre social et culturel dédié à l’art brut et la psychiatrie

Un esprit brut venu du Havre !

Une idée d’M.A.

Connaissez-vous Dubuffet ?  les établissements Dubuffet, ceux qui ont enivré Le Havre depuis le 19e siècle. Et bien, entre Paillette et Dubuffet est né au Havre un Jean qui théorisa le concept de « l’art brut ».

Mauvais garçon de bonne famille, il fréquenta les établissements de négoce, les plus grands peintres, les artistes de son temps … et les hôpitaux psychiatriques. Fasciné par les productions picturales des malades, il collectionna toute sa vie les dessins des gens jugés fous. Il s’en inspira pour repenser sa propre peinture et bouleversa les codes de l’esthétique. Il eu une longue correspondance avec Chaissac, deuxième grande figure de ce mouvement artistique.

L’idée est de créer un centre d’étude mêlant psychiatrie, peinture et action sociale. Reconsidérer la place des « fous » en changeant le regard sociétal porté sur ces personnes via des recherches artistiques en se basant sur les travaux de Dubuffet, telle serait l’ambition de ce centre.

Une initiative de ce genre existe à Lausanne en Suisse. Ville qui a hérité de la collection de l’artiste havrais et qui regroupe plus de 5000 pièces encourage les passerelles entre grand public, hôpital psychiatrique et production artistique.

Rendons hommage à notre façon à Jean Dubuffet artiste hors norme dont les sculptures et les toiles sont présentes dans les plus grandes collections du monde. Continuons le travail qu’il a initié pour réconcilier des mondes si cloisonnés.

 

Le Muma possède une œuvre de l’artiste dans ses collections mesurant plus de 2mx3m. Ce centre pourrait ainsi mettre au grand jour cette peinture majeure de l’histoire de l’art du 20e siècle.

 

Voici un extrait du film « Rouge Ciel » qui retrace l’histoire de la collection de Dubuffet.